jeudi 30 août 2012

"Le Ballet des âmes" de Céline Guillaume

Challenge SFFF 100 % VF



Auteur : Céline Guillaume
Editeur : Éditions du Riez 
Date de parution : 01/05/2010
Collection : Vagues celtiques

Genre : Fantastique / Fiction romanesque
Roman (Broché) de 242 pages
ISBN : 978-2918719038

Prix public : 18.90 € 


Illustration de couverture : Mathieu COUDRAY
Préface de Mireille CALMEL




Présentation éditeur :


Voilà une fresque pleine de souffle et d’émotion, en cette aube du XIIIème siècle, celui d’un parcours extraordinaire, celui d’Enora, une simple paysanne orpheline, qui depuis son enfance, porte le poids d’une terrible prophétie.
Comme des enluminures: la pourpre et l’acier des chevaliers, l’envoûtante et mystérieuse Bretagne des Légendes, le ferraillement des tournois et des guerres féodales… suivez ces destins enchevêtrés dont Enora tient les fils.


Mon avis :

"Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages, / Dans la nuit éternelle emportés sans retour, / Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges / Jeter l’ancre un seul jour ?" Lire du Céline Guillaume m'évoque toujours comme une douce réminiscence, "Le Lac" d'Alphonse de Lamartine. Le romantisme, la sincérité désarmante, la pureté, autant de qualités qui désignent le style de l’auteure et qui nous touchent. Certes. Mais, je me plais à penser que dans "Le Ballet des âmes", il y a quelque chose de plus fondamental. C'est pourquoi je me propose au lieu de faire une énième critique dithyrambique et d'admirer cet ouvrage cristallin, de le faire chanter et d'écouter sa musique...

Tout d'abord, un aparté plus personnel; je tiens à saluer l'objectivité de la romancière et sa description sans concessions du contexte historique. En effet, trop souvent dans mes lectures, je retrouve des erreurs grossières et des anachronismes qui décrédibilisent complètement le texte. Dans ce livre, le lecteur plonge au cœur du Moyen-âge classique... On y découvre les différences sociales dans la société féodale et la puissance du clergé. Une immersion réussie grâce à la justesse du propos. Point de dévalorisation ni d'angélisme sur cette période historique trop longtemps dépréciée. On sent la parfaite connaissance de l'auteure diplômée en archéologie médiévale, rappelons-le, et ce regard apporte à l'ouvrage une de ses grandes originalités.

Je me proposais plus haut de vous faire entendre le chant du cristal… En effet, je ne vais pas analyser le récit du livre qui raconte les difficultés d’Enora, marquée du poids d’une terrible prophétie, ni débattre sur la violence de certaines scènes ou de la structure de l’ouvrage. Vous trouverez sur Internet de nombreuses autres critiques qui s'en chargent déjà très bien. L’essentiel pour moi n’est pas là, même si je recommande la lecture de cet ouvrage qui reste très agréable.

Tels les Moires, au fil des pages ont à la sensation qu’une force indicible tisse la destinée des personnages… Et auquel personne ne peut échapper. Lors d’une interview de la romancière, à l’occasion de la réédition de « La Perle d’éternité » qui traitait notamment de la réincarnation, cette constatation avait déjà perturbé mon libre arbitre (voir « Derrière les mots de Céline Guillaume »)... Sommes-nous réellement libres ou guidés malgré nous ? 
Cette vision de l’existence est très orientale, c’est le fameux Maktub*. La réponse de Céline Guillaume est sans équivoque « Chaque être humain a son sentier de vie tracé et d’après les Tables Akashiques, les archives de l’Univers, tout est noté du passé, du présent, de l’avenir, absolument tout, chacune de nos vies passées sur terre et chaque entité son propre livre contenant toutes ses vies. » L'auteure partage avec nous ses convictions. Le livre devient un véritable vecteur de dialogue avec ses lecteurs. Lire "Le Ballet des âmes" sonde donc au plus profond de nous nos idéaux. Et peut-être à l'épilogue, répondrez-vous à cette question : alors le bonheur résiderait-il dans l’acceptation de la fatalité ?

Sarah Hubert-Marquez

* "C’est écrit" en arabe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire